PRISCILLIA ERMER, étoile montante de la céramique.

                             Crédit photo : Charlotte Le Mesle Photographe

 

Aujourd'hui >> interview de Priscillia Ermer, créatrice de la marque LOU CERAMIC.

LOU CERAMIC, c'est une marque de céramique dynamique et contemporaine, Made In France, qui fait dialoguer Design et Savoir-faire. A travers différentes collections de vaisselle et d’objets de décoration, cette marque joue avec nos sens et nos souvenirs. Le travail des lumières et des ombres révèle la pureté d’une porcelaine qui nous raconte des histoires... Ces céramiques, raffinées et minimalistes, c'est Priscillia Ermer qui les crée et leur donne vie. Une petite interview s'impose pour découvrir l'une des céramistes les plus en vogue du moment :-)

Tu es designer textile de formation. A quel moment as-tu "basculé" vers la céramique et pourquoi?

J'ai eu l'occasion de découvrir le tournage lors d'une initiation et j'ai tout de suite senti que quelque chose se passait en moi. Le contact avec la terre m'a tout de suite plu. J'ai alors eu envie d'en découvrir plus et d'explorer d'autres techniques jusqu'à en faire mon métier aujourd'hui. 

Quand et pourquoi as-tu décidé de lancer ta propre marque, LOU CERAMIC?

Il y a 4 ans, j'ai ressenti le besoin de me reconnecter à quelque chose d'essentiel : la terre, afin de m'exprimer librement en terme de créativité.

En effet, ce matériau des origines qui allie le feu, la terre et l'eau possède un formidable potentiel de transformation. Et c'est cet espace de liberté qui m'a décidé. Cela fait maintenant 2 ans que LOU CERAMIC existe pour mon plus grand bonheur.

Quelle est la philosophie de la marque ?

J'aime à penser que je crée de la poésie intemporelle. D'ailleurs, la céramique est parfois la seule trace qui reste de certaines civilisations, elle traverse le temps, les générations et les époques. LOU CERAMIC s'inscrit donc dans une démarche durable avec une touche de poésie.

Qu’est-ce qui, selon toi, caractérise LOU CERAMIC et te différencie des autres marques de céramique ?

Quel univers esthétique souhaites-tu créer autour de tes céramiques ?

De quoi t'inspires-tu lors de tes créations ?

J'ai tout d'abord une forte affinité avec la porcelaine : c'est la terre, selon moi, la plus capricieuse et la plus raffinée à la fois. Elle imprime tous les gestes, il faut donc la respecter et rester humble pour qu'elle puisse exprimer toute sa délicatesse et sa pureté. C'est pourquoi mon univers est si épuré et minimal.

Ma marque de céramique est fortement emprunt de nostalgie car mes inspirations font souvent partie de la mémoire collective. C'est le cas de la collection "Crystal Palace" par exemple, qui porte un nouveau regard sur des objets de mon enfance.

Il y a toujours un peu de mon histoire et de ma sensibilité dans chaque création. Je pense que c'est le parcours de chacun qui fait la singularité d'une production. De plus, dans mon cas, le fait que je sois issue d'une formation design renforce la singularité de ma marque.

Comment te vient le choix des couleurs ?

Les couleurs sont toutes désaturées et douces car elles sont dans la matière. En effet, je mélange mes pigments directement à la barbotine de coulage. C'est cette particularité qui donne ce tombé de la lumière si délicat sur chaque pièce. Cela est renforcé car je n'émaille volontairement pas toutes les surfaces. Il y a donc un subtil jeu de contraste mat/brillant qui vient réveiller chaque couleur.

Te définis-tu plutôt comme artiste, designer ou artisan ?

Je me définie principalement comme designer céramiste car je trouve que c'est plus global dans la démarche. Mais certaines pièces uniques par exemple me questionnent sur le statut d'artiste. Et, lorsque je suis en pleine période de production, je me sens plus artisan.

Ce qui me plait surtout c'est que mon positionnement soit mouvant, cela me donne une plus grande liberté.

Quel aspect préfères-tu dans ton métier ?

Il y en a énormément de choses qui me plaisent dans mon métier, notamment :
- la conception de nouvelles collections
- la recherche de nouvelles couleurs
- le contact apaisant avec la terre
- le fait qu'aucune journée ne soit identique
- les retours et encouragements sur les salons, en boutiques ou sur les réseaux

 

"La raison la plus motivante de travailler se trouve dans le plaisir qu'on y prend, dans la joie du résultat, et dans la conscience de la valeur de ce résultat pour la communauté."  Albert Einstein

Quels matériaux et quelles techniques de fabrication utilises-tu pour fabriquer tes produits ? Pourquoi ce choix ?

Comme je le disais, j'ai choisi la porcelaine et la technique que j'emploie principalement c'est le coulage. C'est à dire que je réalise mes moules en plâtre dans un premier temps. Et, ensuite je coule la barbotine, c'est de la terre liquide, en petite série ou en pièce unique, en fonction des couleurs et des effets. Puis, les pièces cuisent une première fois pour que je puisse les émailler et les enfourner à nouveau à 1250°. Lorsque j'ajoute de l'or, une troisième cuisson est nécessaire. C'est un jeu de patience pour laisser le temps à la terre de sécher et de cuire.

D'une manière plus globale, c'est une technique qui permet de révéler les plus petits détails et de réaliser des pièces fines.

Tes céramiques sont fabriquées à la main en séries limitées. Réalises-tu l’ensemble de chaîne de fabrication seule ? A quoi ressemble ton quotidien ?

Oui, je suis seule à l'atelier pour réaliser l'ensemble de la chaîne de production. C'est pourquoi, j'accueille avec plaisir des stagiaires pour m'aider à la réalisation et parfois même la conception. Car lorsqu'on est indépendant, on apprend à exercer une multitude d'autres métiers comme : photographe, graphiste, comptable, commercial, community manager et cela laisse finalement peu de temps à la production pure.

Qu’est-ce qui te plaît dans cette activité ?

C'est principalement le fait que je puisse moduler mes activités au cours d'une même journée. C'est très prenant et je ne compte pas mes heures, mais j'éprouve une grande liberté dans l'ensemble.

Quels sont tes objectifs aujourd'hui ?

Mes objectifs sont nombreux : Je souhaite vivre pleinement de mon activité car ce n'est pas toujours évident de faire comprendre qu'une production artisanale, made in France, ça a un coût. Nous sommes dans une société dans laquelle on ne comprend pas toujours les prix des produits car on ne sait pas toujours dans quelles conditions et avec quels matériaux ils sont faits. Cela demande beaucoup de pédagogie et de temps forcément, mais j'essaye d'être la plus transparente possible.

J'aimerais également travailler avec des galeries d'art pour développer d'avantage mon travail sur les pièces uniques. Et, pour finir, je souhaite mieux m'organiser pour trouver le temps de développer toutes les idées et les projets qui me passent par la tête.


Comment te vois-tu dans 5 ans ?

Dans 5 ans, je me vois toujours épanouie dans mon atelier. Je rêve qu'il soit à côté d'autres ateliers, d'ébénistes, de peintres, de graphistes, d'architectes, de designers, ... pour que l'on puisse allier la force d'un collectif à l'expertise de chacun. 


Article précédent


Laissez un commentaire